Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2022 4 05 /05 /mai /2022 11:53

Anges ou démons...?

 

Blog de Philippe Prunet (Overblog) : 5 mai 2022.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2022 3 04 /05 /mai /2022 21:07

Do nothing...? Walk alone with blue suede shoes...? Be yourself...? Enjoy yourself...? More...?

 

 

Blog de Philippe Prunet (Overblog) : 4 mai 2022.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2022 3 04 /05 /mai /2022 12:23

   "Entre ou sort, avance ou recule, c'est tout aussi loin, c'est tout aussi court" écrivait Ibsen dans Peer Gynt.  On retrouve aussi dans Je vous écris de Téhéran de Delphine Minoui une dialectique du "dehors et du dedans", du "biroun et de l'andaroun" sur fond de recherche d'identité individuelle, familiale et nationale. De mère française et de père d'origine iranienne, la journaliste part ainsi à la rencontre de sa deuxième patrie, la deuxième "moitié" de son "moi" en enfilant les "lunettes" de son grand-père. Mais, élevée en France, elle ne connaît au départ l'Iran que de l'extérieur. Elle n'en connaît que ce qu'en rapporte les médias occidentaux et ce que lui en disent ses parents, sa famille : en particulier son grand-père paternel qui, au travers notamment la poésie de Hafez, lui donne le goût du pays et dont les paroles évocatrices la guident dans ses découvertes. C'est donc d'abord à travers les "yeux", le "regard" des autres, qu'elle acquière un désir d'Iran avant de s'approprier le pays  de l'intérieur en tant que correspondante à Téhéran à partir de 1998. L' "Histoire" qu'elle se forge  alors là-bas et dont elle rend compte ici croise celles des autres Iraniens. L'"Histoire" de son grand-père qui traverse tous les grands événements de la Perse au XXe.s. Mais aussi les "Histoires" de tous ceux qu'elle croise et apprend à connaître au gré de ses reportages (eux, ils, elles, je, nous)... jusqu'à apprendre à se connaître soi-même et à rencontrer son futur époux, journaliste comme elle et membre de la diaspora iranienne des Etats-Unis...

 

    Désir d'Iran qu'elle ressent aussi comme une maladie psychosomatique - "l'Iranite" - à l'épreuve de la censure, de la surveillance et de la répression sous la République islamique jusqu'au point de prendre la fuite. Dans les "nuits" iraniennes, un responsable du Renseignement à la main atrophiée - sorte de Sabot de bouc ou de Fondeur de boutons - revient à chaque carrefour la rappeler à l'ordre pour la remettre sur le droit chemin. Mais vingt à trente ans après les reportages de Marc Kravetz  sur la révolution iranienne dont il rend compte dans Irano Nox, Delphine Minoui, avec notamment ses portraits de femmes iraniennes (telles une  opposante blogueuse ou bien l'épouse d'un bassidji), expérimente à son tour un autre Iran : réalité alternative cachée par l'image "noire"  du pays et qui débouche sur une véritable rencontre interculturelle (cf. J-R Ladmiral) où Orient et Occident se rapprochent. Dans son récit noir sur blanc, mais taché également de sang, c'est dans le cadre d'une manifestation réprimée par le régime en place qu'elle se sent en phase avec la société iranienne qui se soulève. Et son évocation n'est pas sans faire penser la chanson Une Ville de François Béranger  car "même quand ils manifestent, les Iraniens sont capables de s'exprimer en poèmes".

 

Voir aussi : Marc Kravetz, Pierre Blanchet, Claire Brière, Jean-Paul Guillebaud....

 

 

Blog de Philippe Prunet (Overblog) : 2 août 2018 et 4 mai 2022.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2022 3 04 /05 /mai /2022 08:26

 

 

Photo de Steve Shapiro en 1971 sur le tournage du Parrain. Source image intermédiaire : J-Arts.

 

La Jeune Fille à la perle (vers 1665) de Johannes Vermeer (Mauritshuis, La Haye. Source image intermédiaire : Wikipédia). Echange de regards (de points de vues) entre le peintre et sont modèle.

 

Blog de Philippe Prunet (Overblog) : 4 mai 2022. Complété le 25 juin 2022.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 18:23

(Source image intermédiaire : Wikipédia)

 

Fichiers "A", "E", "I", "O", "U"....

 

Voyelles d'Arthur Rimbaud...?

 

Fichiers à consonnes et à chiffres...

 

BBH 75 de Jacques Higelin...?

 

Sinon, fichiers à consonnes et voyelles...

 

"A"... "B"... "R"... "U"...

 

Vastes ou "mauvais" sujets...?

 

 

Blog de Philippe Prunet (Overblog) : 3 mai 2022. Reprise d'un article antérieur.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 16:17

Personnalité (du temps de l'"immaturité") en devenir...?

 

Etre soi-même...

 

Matériel composite et évolutif que les gens voudraient parfois acheter ou voler et qu'on a parfois du mal à disséquer ou à reproduire...

 

Article du 16 juillet 2012.

 

Poids de la Forme : sociétés et identités...

 

Les sociétés comme les identités se font et se défont, se fondent et se refondent, se composent et se décomposent... et se recomposent...? se dissolvent,disparaissent... et réapparaissent...? se noient... et refont surface...?

 

Article du 10 juillet 2020.

 

Thème "gyntien" : les "murailles" de la personnalité et la question d'être "soi-même"...

 

... où, dans la recherche de la transparence, il ne vous restera plus que votre for intérieur... et encore...

 

... à moins que le secret des êtres réside non pas à l'intérieur d'eux-mêmes... mais à l'extérieur... modelés par les expériences qu'ils ont traversées, les relations (mimétiques ?) qu'il ont vécues, le poids des formes sociales (dirait Gombrowicz) qui se sont imposées à eux...  comme autant d'identités superposées au cours de la vie et que Peer Gynt, dans la pièce éponyme d'Ibsen, épluche telles les pelures d'un oignon sans jamais trouver son identité profonde...

 

To be or not to be a Troll ? Là est la question... que posait d'une certaine manière Nicolaï Kolyada il y a quelques années dans une mise en scène d'Hamlet aux références gyntiennes.

 

Pour d'autres analyses, voir une étude sur Peer Gynt sur ce même blog (PS: merci de citer vos sources).

 

Article du 26 mars 2019.

 

Questions gyntiennes : identité et solidarités selon Edgar Morin...

 

"(...) Le problème de l'identité doit être vécu comme une poly-identité-concentrique". (...) Aujourd'hui, beaucoup de solidarités se décomposent et engendrent solitude et désespoir... Il s'agit en outre de vivre ces solidarités à des échelles qui n'existaient pas, comme cette solidarité européenne qu'il s'agit de constituer sans détruire ni dissoudre les solidarités à l'échelle des nations. Et il y a, je le répète, une solidarité humaine terrienne. Il faut percevoir ces solidarités non comme antagonistes mais comme complémentaires. L'idée atroce est celle de l'exclusion. Les identités sont faites d'intégration. Au fond de mon je, de mon moi, il y a d'autres moi. (...)"

 

dans Dialogue sur la nature humaine, éditions de l'Aube, 2000.

 

On retrouve ici la question gyntienne de l'identité individuelle. On fera un parallèle entre la "poly-identité-concentrique" et l'image de l'oignon dans Peer Gynt où se superposent les identités successives du héros éponyme de la pièce. Voir à ce sujet : Eric Da Silva et Philippe Prunet, "Peer Gynt" d'Ibsen. Essai d'anthropologie théâtrale (1995-1996 pour l'adaptation et l'analyse centrale/2009 pour les notes complémentaires).

 

Article du 29 octobre 2018.

 

Identité double...? Qui copie qui ...? La folie des grandeurs ou "Les soeurs Livanos" de Stéphanie des Horts...

 

... ou l'histoire d'une rivalité mimétique (voire d'une "montée aux extrêmes"  dans la démesure) entre deux soeurs prenant modèle (/obstacle) l'une sur l'autre...

 

Article du 31 décembre 2018.

 

"Patries imaginaires" (ou bien réelles) comme dirait Salman Rushdie...

 

Exemple : "Papa was a rolling stone".

 

De l'influence notamment de la musique sur l'identité et la personnalité des gens...

 

Article du 29 septembre 2018.

 

"Faire la peau"...

 

... C'est non seulement essayer de "dégommer" (et même de "gommer") quelqu'un d'une façon ou d'une autre... mais c'est aussi tenter de s'approprier son être, ce qu'il est...

 

D'où l'importance de citer ses sources : "What Victor Hugo...? Qui c'est ça mon coco...? Moi je connais que le batteur qui baratine ma soeur..." (Léo Ferré).

 

Article du 29 septembre 2018.

 

Wanted man..? Bonne ou mauvaise étoile...?

 

Blog de Philippe Prunet (Overblog) : 3 mai 2022.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 14:59

Kaléidoscope intellectuel : des dizaines de conférences, de tables rondes et d'ateliers  se tenaient à l'ENS durant la nuit de vendredi à samedi derniers (juin 2019) sur la notion d''origines" ou plus concrètement sur les sources et les commencements dans les Sciences et les Lettres avec une multitude de parcours thématiques possibles.

 

1) Un cancérologue (Manuel Rodrigues), une mathématicienne (Maria J.Esteban), un juriste (Bruno Rostand), un biologiste (Bruno Goud), un physicien (Claude Cohen-Tannoundji) et un archéologue (Olivier Buchsenchutz) s'interrogeaient ainsi sur "l'origine d'une idée" à travers leurs expériences respectives de chercheurs. Débat sur lequel on peut plaquer la notion de co /gito  au sens où Michel Serres l'entendait : celui de penser ensemble par le biais  et le jeu de ce qu'on peut caractériser comme de multiples médiations intellectuelles ou pratiques par lesquelles naissent les "idées". Mais pour sortir de l'évanescence des idées, Bruno Rostand soulignait que la propriété intellectuelle ne s'applique pas juridiquement aux idées elles-mêmes mais aux supports par lesquels elles s'expriment.

Piste de recherche : pour catégoriser les "idées" et les différentes façons de les créer, de les inventer, de les mettre à jour, on se reportera aussi à l'oeuvre de Gilles Deleuze.

 

2) C'est un physicien (Jean-Philippe Bouchaud) et une économiste (Gilles Saint-Paul) qui se penchaient sur le thème : "l'origine de l'ordre ou l'origine de la complexité".  J'arrivais trop tard pour suivre complètement leurs exposés qui portaient a priori sur les conditions pour faire émerger un "ordre" économique et social profitable dans un cadre géographique donné. 

Pistes de recherches. Sur la notion de complexité, on pourra se reporter à une phrase de Blaise Pascal citée par Edgar Morin : "Toutes choses étant médiates et immédiates, causées et causantes, aidées et aidantes et toutes s'entretenant par un lien insensible, je tiens pour impossible de connaître le tout sans connaître les parties, ni de connaître les parties sans connaître le tout."  Sur la notion d'entropie, voir aussi (sur ce blog) les réflexions d'Edgar Morin et de Boris Cyrulnik dans Dialogue sur la nature humaine (éditions de L'Aube, 2004).

 

3) Un philosophe du Droit (Pierre-Yves Quiviger) et un sociologue et historien du Droit (Arnaud Paturet) traitaient en binôme, de leur côté, des "origines de la loi". Chacun d'eux tentait d'ancrer sa réflexion dans des cadres concrets.  L"historien, près de ses sources, s'intéressait ainsi plus particulièrement au contexte de l'Antiquité romaine avec la civitas étudiée tant dans ses aspects humains que territoriaux. Le philosophe, pour distinguer la loi des autres sources du Droit, la définissait en substance comme "un énoncé général à portée changeante voté par des parlementaires"; ce qui pose aussi la question de l'existence de société sans "lois".

 

4) L'historienne Claudia Moatti se penchait pour sa part sur "les origines de la 'République'". Ou plutôt, étymologiquement, sur la Res publica, la "chose publique"  à laquelle elle a consacré son dernier livre aux éditions Fayard : Res Publica. Histoire romaine de la chose publique. Contrairement aux projections effectuées a posteriori par Leonardo Bruni au XVe.s sur la notion de république et reprises ensuite par les Modernes, la res publica romaine est d'abord historiquement une chose politique par définition indéterminée dans le cadre de laquelle ont pu s'exprimer de façons plus ou moins libres un certain nombre de relations conflictuelles et évolutives.  Ce n'est que dans un second temps que la République romaine se fige, se forme, s'institutionnalise dans un ordre de majesté et d'exclusion contre les factieux et les séditieux. Sans forcément remonter aux origines par définition inconnues de la République romaine, c'est ce passage que Claudia Moatti isole historiquement entre une chose politique indéterminée et un ordre  qui se fige.

Pistes de recherches : ce qui m'évoque ici la notion d'ordre cosmique établie par le linguiste Henri Meschonnic pour désigner le moment où une langue se fige institutionnellement. Ou bien encore, ce qui évoque aussi le poids de la Forme chez Witold Gombrowicz : quand les relations humaines - l'interhumain - se figent  également dans un ordre rigide d'exclusion (cf. analyses sur ce blog).

 

5) Ancien élève de l'ENS et ancien cadre de Facebook,  Henri Moissinac Massenat faisait état, quant à lui, de son expérience sur "les origines des réseaux sociaux".  Comment ainsi créer et développer une nouvelle entreprise numérique ? Plutôt que d'emprunter ou de suivre en parallèle la même voie ou la même direction que les entreprises et réseaux numériques déjà en place, il propose, pour développer sa propre entreprise et suivre sa propre voie, de prendre une direction "orthogonale" à  partir de la voie principale déjà tracée.

Rapprochement d'idées :  pour  filer la même métaphore, ce qui m'évoquait Il était une fois dans l'Ouest avec la création "orthogonale" d'une gare (et donc d'une ville avec ses prolongements) sur le trajet d'une voie ferrée en construction.

 

6) A la suite, l'exposé de Jean-Jacques Quisquater (ancien professeur à l'ENS et cryptographe) portait sur "la mathématique à l'origine de la science du secret (la cryptographie)". On apprenait ainsi que la cryptologie ou "science du secret" comprend deux branches. D'un côté, la cryptographie, ou l'art du chiffrement. De l'autre, la cryptoanalyse qui sert à contrer la première. D'Euclide et Eratosthène jusqu'à Alan Turing et ses successeurs, on y apprenait également le rôle central joué, dans cette généalogie du savoir cryptologique, par Pierre de Fermat et de l'importance des notes qu'il prenait en marge de ses lectures.

Rapprochement d'idées : ce qui m'évoque, sur ce dernier point, l'importance des palimpsestes dans la naissance des idées et la construction d'une pensée (cf. articles sur ce blog).

 

7) Enfin, au milieu de la nuit, l'historien du cinéma Antoine De Baecque, accompagné d'Anne Gourdet-Marès et de Stéphanie Salmon de la Fondation Jérôme Seydoux ainsi que du pianiste Karol Beffa, revenaient aux origines du cinéma à travers le passage "de la lanterne magique à la projection".

Rapprochement d'idées : ce qui évoque bien sûr les mémoires d'Ingmar Bergman ou bien encore un passage du Dracula de Coppola.

 

 

Blog de Philippe Prunet (Overblog) : 10 juin 2019 et 3 mai 2022.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 10:18

Les convives que tu vois

Ont une assiette et une tasse

Toi,

On ne t'a donné qu'une assiette

Et lorsque tu as demandé : le thé arrive quand ?

On t'a dit :

Après le repas.

 

Bertolt Brecht, Poèmes se rattachant au manuel des habitants des villes (3) in. Poèmes (I) 1918-1919, L'Arche, 1976. Traduction de Gérard Badia et Claude Duchet.

 

Bertolt Brecht au piano... (Source image intermédiaire : berbrecht.be)

 

Blog de Philippe Prunet (Overblog) : 4 mai 2020 et 3 mai 2022.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2022 1 02 /05 /mai /2022 23:29

 

"Paperback writer" diraient les Beatles...? Censure, blocages, co-pillages...? On a parfois du mal en France à faire passer et surtout reconnaître ses "petits papiers"... ou alors faut trouver des astuces... "Lettres persanes" pour parler du pays...? Mais où Montesquieu parvenait-il à se faire éditer...?

 

(Source image intermédiaire : France Culture)

 

Blog de Philippe Prunet (Overblog) : 2 mai 2022.

Partager cet article
Repost0
2 mai 2022 1 02 /05 /mai /2022 21:50

Elle est retrouvée.
Quoi ? – L’Eternité.
C’est la mer allée
Avec le soleil.

 

Ame sentinelle,
Murmurons l’aveu
De la nuit si nulle
Et du jour en feu.

 

Des humains suffrages,
Des communs élans
Là tu te dégages
Et voles selon.

 

Puisque de vous seules,
Braises de satin,
Le Devoir s’exhale
Sans qu’on dise : enfin.

 

Là pas d’espérance,
Nul orietur.
Science avec patience,
Le supplice est sûr.

 

Elle est retrouvée.
Quoi ? – L’Eternité.
C’est la mer allée
Avec le soleil.

 

L'Eternité d'Arthur Rimbaud, mai 1872.

 

Le point de vue de "l'Eternité" dirait Marc Saffar à propos de la scène finale de L'Aventure de madame Muir (1947) de Joseph L. Mankiewicz (d'après le roman de R.A. Dick)... quand précisément les personnages interprétés par Gene Tierney et Rex Harrisson  se retrouvent pour "l'Eternité"...

 

Blog de Philippe Prunet (Overblog) : 2 mai 2022.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de philippe prunet
  • : Idée de ce blog : fixer et trouver un lieu de publicité pour un certain nombre de textes que j'ai fait passer via le net, au fil de l'actualité (la mienne, celle autour), ces trois dernières années. Trouver la verve pour en écrire d'autres et combler ainsi une forme de vocation journalistique; même si tout cela n'est qu'épisodique, sommaire, irrégulier et ne joue que sur une partie de la gamme.
  • Contact

Recherche

Liens