Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2022 6 27 /08 /août /2022 11:31

Extraits d'une préface de Michel Cadot à La fille du capitaine d'Alexandre Pouchkine (éditions Garnier-Flammarion, 1989).

 

Après l'insurrection de décembre 1825, Alexandre Pouchkine, qui a de nombreux amis parmi les "décabristes", est condamné à l'exil. En septembre 1826, il est rappelé de son exil  par le nouveau tsar Nicolas 1er qui soumet néanmoins l'écrivain à la censure.

 

<< L'action des grands hommes, Pierre le Grand, Napoléon, a lieu selon l'esprit du temps, sinon elle échoue : l'historien selon Pouchkine, doit déterminer dans le caractère même de l'individualité ce qui est en accord avec son époque. Il emploie par moments des expressions vagues, "la marche des choses", "les forces mystérieuses", "la volonté secrète de la Providence", comme Joseph de Maistre ou Alfred de Vigny, mais il estime que l'idéal social ne doit pas être une abstraction à la manière des Jacobins, et loge sous la plume de Griniov dans La fille du capitaine cette remarquable maxime réformiste : "Les meilleures et les plus solides transformations sont celles qui naissent de l'amélioration des moeurs sans aucune convulsion violente."

 

Le drame de Boris Godounov tient précisément à ce que ses desseins n'étaient pas en accord avec l'histoire : plein de bonnes intentions vis-à-vis du peuple, il échoue et le peuple le regarde comme un tyran. C'est, pense Pouchkine, le peuple qui assure le succès ou l'échec d'une règne, d'une révolution. Terrible dans ses manifestations de colère, le peuple réagit sauvagement aux réactions sauvages qu'on lui impose. Après l'échec de l'insurrection décembriste, dû largement à l'absence totale de participation populaire, Pouchkine, à la demande de Nicolas 1er, rédigea un curieux texte, Sur l'éducation nationale, une sorte d'examen critique que lui fit subir l'empereur et qu'il passa avec succès.

 

Pouchkine fait ressortir le rôle capital d'une instruction bien conçue, afin d'éviter des événements tels que ceux de décembre 1825 : "Il faut apprendre aux jeunes gens la différence d'esprit des différentes nations,la source des besoins et des revendications des Etats; ne pas tricher; ne pas défigurer les raisonnements des républicains, ne pas stigmatiser le meurtre de César, glorifié pendant deux mille ans, mais présenter Brutus comme le défenseur et le vengeur de la patrie et César comme un ambitieux et un factieux." In tyrannos, mort aux tyrans quand même ! Singulière hardiesse qu'il fallait bien payer d'un désaveu formel de l'entreprise décembriste. Pouchkine pense sans doute à lui-même avec une secrète ironie lorsqu'il écrit : "On doit espérer que ceux qui partageaient la façon de penser des conjurés sont devenus raisonnables; que, d'une part, il ont vu le néant de leurs projets et les moyens dont ils disposaient, de l'autre, la force immense, fondée sur la force des choses."

 

(................................................)

 

L'empereur Nicolas avait fait savoir à Pouchkine que Boris Godounov ressemblait plus à un roman historique qu'à une tragédie, et lui conseillait de la changer "en nouvelle ou en roman historique à la manière de Walter Scott". Le poète déclina poliment l'invitation, mais se vit obligé de soumettre chacune des ses oeuvres à l'agrément impérial avant impression. Des Chansons sur Stenka Razine, le célèbre chef de bande, auteur d'un soulèvement contre le gouvernement, mort en 1670, composées par Pouchkine en 1824, peut-être avec l'aide se sa chère niania, Arina Rodionovna, ne purent paraître avant avant 1881, quarante-quatre ans après la mort du poète. Le général Benkendorf, chef de la police impéraile, lui écrivait le 22 août 1827 : "Les Chansons sur Stenka Razine, en dépit de toute leur valeur poétique, ne peuvent être envisagées pour l'impression. Qui plus est, l'Eglise maudit Razine, tout comme Pougatchov."  L'avertissement était clair : Pouchkine était fermement prié de s'abstenir de traiter des sujets touchant les révoltes paysannes en Russie. Tout comme Benkendorf, il associait Stenka Razine, "le seul personnage poétique de l'histoire russe" et Pougatchov. (...)

 

(............................................................)

 

1830 : (...), à cette époque, le grand souci de Pouchkine est son projet de mariage avec Nathalie Goncharova : il demande à Nicolas 1er d'autoriser l'impression de Boris Godounov, qui lui procurerait d'indispensables revenus. A peine est-il rassuré par l'autorisation impériale que son mariage manque se rompre, que le choléra se montre à Moscou. Le mariage eut enfin lieu à Moscou le 18 février 1831, et Pouchkine s'installa à Tzarkoïé-Sélo avec sa femme en mai. Le choléra s'étant manifesté aussi à Saint-Pétersbourg, la Cour impériale s'installe à son tour à Tzarkoïé-Sélo. C'est à ce moment que commence pour Pouchkine une situation très désagréable qui empoisonne sa vie jusqu'à sa fin tragique. Le poète doit accepter de paraître à toutes les fêtes et réceptions, perdant à la fois son temps et son indépendance. Comme le dit V. Kouchelov, ces liens "naquirent de l'audience au Kremlin, et la 'censure suprême' commença à s'étendre à la vie privée, familiale, du poète".  Cette redoutable pression psychologique entraîna t-elle Pouchkine à appuyer de manière voyante la politique de Nicolas 1er contre les Polonais révoltés ? Les poèmes de l'automne 1831, d'un patriotisme slavophile outrancier, furent critiqués par les Décembristes, par P. A. Viazemski et, plus tard, par A. Herzen. >>

 

Alexandre Pouchkine (6 juin 1799 - 10 février 1837) en 1827 par Vassili Tropinine. (Source image intermédiaire : Wikipédia)

 

Blog de Philippe Prunet (Overblog) : 27 août 2022.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de philippe prunet
  • : Idée de ce blog : fixer et trouver un lieu de publicité pour un certain nombre de textes que j'ai fait passer via le net, au fil de l'actualité (la mienne, celle autour), ces trois dernières années. Trouver la verve pour en écrire d'autres et combler ainsi une forme de vocation journalistique; même si tout cela n'est qu'épisodique, sommaire, irrégulier et ne joue que sur une partie de la gamme.
  • Contact

Recherche

Liens