Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2019 3 16 /10 /octobre /2019 18:37

Le diable et son orchestre...

Casting en playback...

Audition en live...

 

Où on retrouve dans Mulholland Drive de David Lynch, dans le cadre d'un théâtre de Los Angeles, la figure du diable présentant un orchestre jouant en playback pour de faux.  Car là où il y a le diable, il y a du faux ou de la triche. Déjà, dans Le Maître et Marguerite, Boulgakov montre le diable dans un théâtre de Moscou distribuant de la fausse monnaie. Dans Peer Gynt, Ibsen évoque quant à lui le diable en bateleur dans un théâtre de San Francisco faisant croire à l'auditoire qu'il sait imiter - ici la réalité la plus crue - le cri du cochon alors qu'il cache l'animal sous son manteau. Toujours dans Mulholland Drive, David Lynch montre une séance de casting chantée en playback tandis que le personnage principal, Betty, passe une audition en live et joue cette fois ci "réellement" la comédie. Mais elle se perd ensuite dans l'identification douloureuse à une autre actrice. Entre playback et live, où se situe alors la part de créativité...?

 

Pour un complément d'analyse, cf. "Sic transit gloria mundi" ou la révélation mimétique (1995/2009).

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de philippe prunet
  • : Idée de ce blog : fixer et trouver un lieu de publicité pour un certain nombre de textes que j'ai fait passer via le net, au fil de l'actualité (la mienne, celle autour), ces trois dernières années. Trouver la verve pour en écrire d'autres et combler ainsi une forme de vocation journalistique; même si tout cela n'est qu'épisodique, sommaire, irrégulier et ne joue que sur une partie de la gamme.
  • Contact

Recherche

Liens